Une céramique qui vous est chère est brisée ?

Le kintsugi est une technique de restauration japonaise, qui choisit de magnifier les cicatrices de l'objet grâce à un fini à la poudre d'or 24 carats. Cette technique est réalisée grâce à des matériaux naturels et précieux.

La laque (urushi) est la sève issue d'un arbre asiatique, très urticante et allergisante au contact de la peau lorsqu'elle est fraîche. La poudre d'or est d'une granulométrie spécifique au kintsugi, et uniquement de 24 carats pour une qualité optimale.

 

Le kintsugi est à ce jour la seule technique de réparation de céramique qui permet une réutilisation alimentaire. La couche supérieure de laque isole parfaitement la réparation effectuée ainsi que les composants souvent toxiques de l'émail qui recouvre la céramique. La glue, l'epoxy et tout autre agent collant issu de la pétrochimie ne permettent pas une réutilisation alimentaire saine.

 

D'abord autodidacte puis professionnalisée auprès d'une maître kintsugi officiant à Kyôto, cela fait 3 ans que je répare vos céramiques et crée des pièces uniques en détournant certaines céramiques de mes propres collections.
Pour toute demande de restauration, envoyez-moi un mail à contact[at]nagoriceramique.fr accompagné de photos de votre pièce.

Spécifiez-moi également :

- le nombre de fragments

- en manque-t-il ?

- y a-t-il des traces de colle ?

- la taille approximative de votre pièce

Un devis ou un rendez-vous vous sera alors proposé.

comment se passe une restauration ?

Le délai d'une restauration est variable d'une pièce à l'autre. Cela dépend de la taille, de la terre qui compose la pièce, et du nombre de fragments à recoller ensemble. Ainsi, l'atelier garde votre céramique 6 mois, pour adapter pleinement son temps de travail à votre pièce.

 

L'ensemble des fragments est d'abord recollé grâce à un mélange de laque et de farine qui composent une colle résistante et naturelle. Cette colle sèche à son rythme pendant 7 jours environ.

S'il manque des fragments, ils sont reconstitués à même la céramique grâce à un mélange de laque, de farine et de poudre de bois. Ces parois reconstituées deviennent extrêmement solides au fur et à mesure du séchage.

 

Il faut ensuite passer plusieurs couches d'un mélange de laque et de poudre de terre pour égaliser la surface de la réparation et lui donner un bel aspect. Il faut encore compter 1 semaine de séchage entre chaque couche. Ce sont ces étapes qui font varier le temps nécessaire à la restauration.

 

Une laque noire est appliquée sur l'ensemble de la restauration. Elle permet d'isoler entièrement la réparation qui est urticante au contact de l'eau, mais empêche également les oxydes composant l'émail de ressortir de la cassure. Aucune moisissure ni bactérie ne peut plus entrer dans la céramique non plus. C'est à ce moment-là que la céramique redevient alimentaire !

 

Une laque rouge est appliquée, c'est elle qui reçoit la poudre d'or pour la finition. Cette étape est extrêmement minutieuse et chronométrée pour que l'or soit appliqué au meilleur moment. L'atelier garde encore la pièce quelques jours pour pouvoir nettoyer les excédents de poudre d'or autour de la réparation.

Enfin, vous venez la récupérer, accompagnée d'une petite note récapitulative sur le bon usage et entretien à la maison.

utilisation et entretien

Une fois votre pièce revenue chez vous, la laque continue de travailler par elle-même. Il faut donc encore un peu de patience avant de l'utiliser. Gardez-la au repos, en décoration par exemple, pendant 6 mois. Après cette longue attente, la pièce peut être réutilisée fréquemment de façon alimentaire : aliments secs ou en sauce, chauds ou froids, boissons...

La dorure peut se patiner avec le temps et selon vos usages. Votre pièce n’en deviendra que plus belle et plus poétique. Comme on regarde les nuages en y cherchant des formes, laissez-vous guider par les nouveaux paysages qui habilleront votre céramique.

 

• Usage alimentaire : Oui
• Micro-ondes : Non
• Lave-vaisselle : Non, laver en douceur sans gratter
• Four : Non
• Eviter l’eau bouillante (100°) et préférer les températures d’infusion du thé autour de 80°.

Ils en parlent très bien !

Sylvie Adigard et son équipe ont passé une matinée à l'atelier pour comprendre et faire découvrir le kintsugi ! Ce reportage a été diffusé lundi 17 février 2020 à Télématin sur France 2.
Vous pouvez le retrouver ici : https://www.france.tv/france-2/telematin/1241431-telematin.html à 2:18:45